Au Pays de Kaline

Au Pays de Kaline

SUPERFICIELLE

 

 

Superficielle

 

Le monde s’écroule et des spas s'ouvrent un peu partout. De nouveaux produits de beauté ne cessent d’envahir les étals comme si qu’un antirides allait chasser toutes les formes de dépression. Dans un monde qui s’écroule, la femme garde-t-elle encore cette image de créature frivole, dépensière et superficielle ?

 

 

Mais oui, nous savons que cet onguent hydratant à l’immortelle cueillie à l’aurore dans les confins de la Papouasie c’est de la foutaise ! Mais pourquoi se sent-on tellement bien après l’avoir acheté et utilisé trois jours (alors qu’il en faut 21 pour que nos ridules commencent à disparaître sous le microscope – c’est prouvé qu'ils ont dit à la télé !) ? Aurait-on un espoir infime de voir apparaître la bouche d’Angelina Jolie après avoir utilisé ce baume effet 3D ? Je refuse d’admettre que les femmes soient aussi cruches !

 

 

 

En fait, je pense que la femme dans son infinie bonté et sa grande sagesse a décidé de soutenir l’économie mondiale qui fout le camp en consommant. C’est un acte citoyen ! Et bien plus encore citoyen et écolo ! Car aujourd’hui la plupart des produits sont bio et n’oublions pas ceux qui soutiennent le commerce équitable : grâce à ma crème dépilatoire, je sauve le monde !

Ne sont-ils pas gentils ces vendeurs de chaussures 100 % « bioéthiques » (le bœuf a été égorgé avec amour avant d’être dépecé) ?

Que dire des fabricants équitables de déodorants (benzène cancérigène, formaldéhyde cancérigène, aérosol nocif pour la couche d’ozone...) aux extraits de fleurs de lotus du Brésil cueillie par de jolis petits indigènes tout nu au bord de l’Amazone ?

 

 

Oui, notre conscience est sauve mes sœurs ! On ne gaspille pas nos sous comme ça, juste pour le plaisir d’être moins moche. On peut aussi se la péter, car les trafiquants de l’esthétisme font de nous des écocitoyennes responsables. Quelle joie de pouvoir se dorloter avec des crèmes contre la cellulite, de camoufler nos imperfections sous une couche de maquillage, et tout ça sans culpabiliser une seconde.

 


 

 

Soyons franches : ça fait du bien de se bercer d’illusions en se fichant royalement de l’apocalypse boursière et de l’ours polaire encerclé par les eaux qui va creuver la gueule ouverte.

 

Si on se fait du bien en tentant vainement de ressembler à une couverture « photoshopée », ça ne fait pas de nous des écervelées.

Évidemment, ces préoccupations plastiques sont futiles face au petit africain qui meurt de faim : nous en avons conscience. Mais l’être humain est une créature égoïste. C'est grâce à cette qualité qu’il peut s’octroyer le droit d’être superficiel de temps en temps.

 

Et pour me donner bonne conscience, je gueule parfois que les hommes sont cruels, qu'il faut sauver 30 millions d’amis et protéger la couche d'ozone. Ensuite je retourne au magasin Belle35 pour sniffer le cuir de cette ceinture rouge à Rs3500 et enlacer, toute tremblante et les larmes aux yeux, de magnifiques robes « made in Italia » (Ouais je fais de la pub gratos !).

 

 

Puisque la chance nous est donnée d’acheter une robe que nous ne porterons que pour un cocktail, faisons-le sans remords et la tête haute. Que ce dos nu et ce fendu deviennent les symboles de la résistance contre la burqa de nos sœurs dans ces pays où il est impossible de marcher en talons aiguilles tant les pierres recouvrant les corps des lapidées jonchent le sol*...

 

*Pour les demeurés, je précise que c’est de l’humour noir...voire morbide.

 

 

 

 

En fait, je crains que plus ça ira mal et plus nos petons auront besoin de ces chaussures soldées à Rs 4000. Adoptons des chaussures mesdames. Embrassons des vêtements. Câlinons notre corps avec des crèmes à la con. C’est un échange de bons procédés : l’objet inanimé sera le moyen de nous réanimer, de nous faire oublier tout ce qui rend nos vies ternes. La crème de nuit remplace la prière du soir, la pub est notre homélie et une caissière nous salue à la sortie du temple. Non, nous ne sommes pas superficielles. Nous avons juste besoin de notre opium.

 

 

 

Paroles de la Chanson : Foule Sentimentale

Alain Souchon

 

 

Oh la la la vie en rose
Le rose qu' on nous propose 
D' avoir des quantités d' choses 
Qui donnent envies d' autres choses 
Aïe on nous fait croire 
Que le bonheur c' est d' avoir 
De l' avoir plein nos armoires 
Dérision de nous dérisoire, car 

 


Foule sentimentale
On a soif d' idéal
Attiré par les étoiles les voiles 
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

______

Il se dégage, de ces cartons d' emballage 
Des gens lavés hors d' usages 
Et tristes et sans aucun avantage 
On nous inflige des désirs qui nous affligent
On nous prend faut pas deconner des qu' on est né 
Pour des cons alors qu' on est, une 

 


Foule sentimentale
On a soif d' idéal
Attiré par les étoiles les voiles 
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle


On nous Claudia Schieffer on nous Paul Lou Sulitzer 
Ah le mal qu' on peut nous faire
Et qui ravagea la moukère
Du ciel dévale un désir qui nous emballe
Pour demain nos enfants pales
Un mieux, un reve, un cheval

 


Foule sentimentale
On a soif d' idéal
Attiré par les étoiles les voiles 
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle



12/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres