Au Pays de Kaline

Au Pays de Kaline

POLYGAMIE, CONNARDS et EVE

Polygamie, Connards et Eve

 

Un documentaire sur Teva sur une famille polygame réveilla en moi toute la colère que j’ai envers les hommes usant de la religion et du nom de Dieu pour assouvir leurs plus bas instincts. Ces personnes souhaitaient montrer au monde tout l’amour qu’il y avait dans leur famille tout en pointant du doigt l’intolérance des gens.

Eh ben je suis intolérante et fière de l'être !

 


 

 

L’homme, manipulateur à souhait et ses femmes, de parfaites idiotes, semblent vivre une vie heureuse et c’est tant mieux pour eux. Mais la scène du reportage qui m’a horripilée montre la troisième « sœur épouse » tentant d’expliquer à son bien heureux mari son sentiment de jalousie envers la quatrième femme qu’il s’apprêtait à épouser.  Pour que son quart de compagnon comprenne son mal-être, elle lui demanda de se mettre à sa place, de s’imaginer devant attendre son tour pendant qu’elle honore un éventuel deuxième mari. Et là...Oh surprise, monsieur s’énerve.

 

« Pardon, mais j’ai énormément de mal à me mettre à ta place. Avoir cette vision vulgaire de toi entre deux hommes me rend malade. T’imaginer en train de faire ce que Dieu désapprouve me bouleverse et...et...oh non, c’est impossible ! »

 

Alors là, j’ai eu envie de traverser la moitié de la planète pour foutre mon poing dans la gueule de ce sudiste chevelu et de gifler la pauvre gourde qui, toute penaude, rougissait de honte d’avoir obligé son homme à avoir de telles idées impures !!!!

 

Donc, pour ce mormon de mes deux, un homme qui prend plusieurs épouses est en train d’accomplir un acte divin alors que la femme prenant deux époux est vulgaire et désobéit à la loi divine. Passons ce masochisme de bas étage, mais parler du Bon Dieu pour culpabiliser l'autre et empêcher tout questionnement légitime, c'est juste enrageant. Et tellement facile ! Si facile que ça fait des siècles que ça marche sur les êtres humains.

 

 

« Partons en croisade pour tuer les musulmans et sauver Dieu »

« Lapidons cette femme et que Dieu guide nos mains »

« Prenons ce pays, ce pétrole ou ce lac au nom de Dieu Tout Puissant »

 

 

 

 

L’homme use et abuse de la religion pour écraser d’autres hommes, pour prendre le pouvoir. C’est un fait. Mais voir que dans un pays soit disant développé, de pauvres idiotes se laissent dominer par des connards, ça me met hors de moi :

 

« Écarte les cuisses pendant quelques années jusqu’à ce que tu sois trop vieille ou trop moche pour m’exciter. Puis tu fermeras ta gueule au nom de Dieu Tout Puissant quand je ramènerai une autre conne plus jeune et plus ferme »

 

Que machin ou Bidule dans les pseudos Saintes écritures aient eu plusieurs épouses est bien entendu un témoignage des us et coutumes d’une certaine époque. Il semblerait qu’un homme ayant les moyens de nourrir et loger plusieurs femmes faisait alors preuve d’une grande bonté à chaque nouvelle épouse. Mais ne sommes-nous pas supposés évoluer ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Évidemment je ne m’attends pas à ce que les êtres humains deviennent tous intelligents mais pourquoi ne deviennent-ils pas moins cons ?

Comment peut-on aujourd’hui encore laisser des bouquins poussiéreux et intolérants être les outils de dictateurs libidineux ou assoiffés de pouvoir ? N’oublions pas non plus que les couilles molles qui cherchent à oublier leurs complexes d’infériorité choisissent les passages « divins » qui apporteront de l’eau à leur moulin.

Les passages de tolérance, d’amour et de respect sont vite oubliés pour ne retenir que ceux pouvant justifier leurs exactions.

 

 

 

 

 

 

 

 Prenons par exemple, le livre de la Genèse. Ces chers monothéistes commencent dès le début de leur mythologie par mettre les points sur les « i ».

 

 

 

Toi, femme, tu es par nature une pécheresse tentatrice que moi, pauvre homme, doit avilir pour le bien-être de l’humanité.

 

« Ah bon ! Mais pourquoi ? »

« Dieu t’a créée uniquement pour me divertir car les autres animaux de compagnie n’arrivaient pas à communiquer dans ma langue. »

« Si je suis une créature de Dieu moi aussi, qu’est-ce qui te donne le droit de me dominer ? »

« En fait, t’es juste un petit bout de mon rein qu’il a prélevé et cloné, et c’est bien connu, une copie n’est jamais aussi parfaite que l’original. C’est la raison pour laquelle je dois tant bien que mal essayer de te corriger. C’est pour ton propre bien. Sans moi tu ferais que des conneries ma pauvre ! »

 

 

 

Voici donc la preuve ou le bouc émissaire inventé pour nous assujettir : Ève ou la pétasse la plus connue du monde monothéiste imaginée par un impuissant ou un éjaculateur précoce. L’écrivain sous acide a trouvé des explications logiques (très très très réalistes) pour expliquer à l’humanité que la femme mérite d'être asservie, voire punie.

Certes, elle est bien utile pour se reproduire et faire la vaisselle, mais si elle n’avait pas été là, les hommes seraient tranquilles peinards au Paradis à courir tout nu dans les champs (après les chèvres ?). Cette connasse doit donc payer.

 

 

L'ingrate aurait cédé à la tentation en bouffant une pomme et aurait ensuite incité Adam à faire de même. À cause de cette truie, ils ont été virés de l’Eden par le proprio et de ce fait, toutes les femmes sont obligées de souffrir comme des damnés en donnant la vie (c'est tout ce que l'auteur a trouvé comme explication. D'une logique implacable).

 

 

 

Le proprio barbu dit de sa grosse voix : « Faites comme chez vous mes enfants, mais ne touchez pas au fruit défendu »

Adam et Eve :

« OK, no problémo...mais c’est quoi le ... ? » Pouf ! Il avait raccroché.

 

Alors qu’Adam était affalé sous un arbre et s’amusait à lancer un bâton à Ève pour qu’elle fasse un peu de gym (elle commençait à avoir de la cellulite), elle remarqua qu’un serpent venait d’apparaître entre les cuisses de son maître.

« C’est quoi cette énooooorme bête qui a l’air menaçant et puissant comme un serpent ? » (Je vous laisse imaginer ce que Freud penserait du choix d’un serpent pour représenter le vermisseau de l’homme)

« C'est tellement beau que j'ai envie de le toucher ! » (Oui, l'écrivain n'était vraiment pas réaliste ! ) « Oh que c'est mignon !!! Ce serpent se promène avec deux rambutans moelleux. Dis Adam, tu crois que j'ai le droit de toucher ? »

 

« Je ne sais pas, mais c’est depuis que tu as tortillé ton boule devant moi que cette bête s’est réveillée. Qu’est-ce que t’as encore fait pauvre gourde ? »

 

« Je m’ébrouais, c’est pas de ma faute ! C’est quoi cette pomme dans la gueule du serpent ? »

« Je dirais plutôt que le serpent a une tête de gland »

« Naaaa, c’est une pomme j’te dis »

« Un gland ! »

« Une pomme »

Eve se saisit alors du serpent pour en avoir le cœur net !

Adam, tout comme son gland, se mit à rougir jusqu’à devenir rouge comme une pomme.

 

« Non ! Non ! Non ! Eve ! Arrête ! C'est peut-être le fuit défendu ! »

« Je goute juste pour savoir ce que c’est : une pomme, un rambutan, un gland... »

 

D’une voix peu convaincante, Adam essaya de l’en empêcher, « Attention ! On dirait qu'une goutte de venin vient de sortir ! ...Hmmm...Eurrrrh...OUIIIiiiiiiiiiiiiiii continues, t’arrête pas salooooooopeuh ! »

 

« Pouah ! C’est dég.... »

 

COUP DE TONNERRE ! Et une porte s’ouvre avec fracas dans les nuages.

 

« Ciel ! Le proprio » s’écrie Eve.

 

 

 

 

 

Voilà un joli conte de fée raconté depuis des siècles pour que les femmes

  1. 1.Portent des vêtements amples et longs en évitant de remuer du popotin
  2. 2.Ferment leur clapet car elles ont toujours tort
  3. 3.Obéissent à Adam qui sait, lui, ce que Dieu veut vraiment

 

 

 

 



30/11/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres