Au Pays de Kaline

Au Pays de Kaline

MES AMIES MES EMMERDES

Mes Amies, mes Emmerdes


Que ferait-on sans elles? Chaque époque de notre vie est marquée par celles qui nous ont accompagnées. Des premières poupées au premier baiser, ces moments partagés sont les piliers qui font de nous ce que nous sommes. Pourtant, même si comme des lionnes, les copines se tiennent la patte, il y dans cette meute quelques stéréotypes qui mériteraient des coups de griffes.

 

 

 (Images de Margaux Motin)


 

 

 

La pleurnicheuse


Elle en est à son deuxième divorce, accumule les drames romantiques et professionnels et ça fait un bout de temps que ses lamentations ne vous inspirent même plus de pitié. Avouez-le : ses malheurs et ses larmes à répétition vous portent sur le système et pourtant vous vous acharnez à l'écouter patiemment s'épancher sur "ce monde tellement injuste". Est-ce un mauvais Karma ou l'amour excessif pour la tragédie et les gémissements ?

Quoiqu'il en soit, ce serait tellement tentant et soulageant de lui dire qu'elle est certainement la seule responsable de ses amours au rabais et de ses emmerdes et que vous n'avez pas que ça à faire que de lui prêter votre épaule toutes les deux semaines. Après tout, il y a des psychologues compétents sur cette île et vous auriez déjà fait fortune grâce à elle après toutes ces heures de jérémiade que vous n'avez pas facturées. 

 
La possessive


Vous lui appartenez, vous êtes à sa disposition et elle seule sait ce qui est bon pour vous. N'allez pas lui dire que vous sortez sans elle ou qu'une autre copine a eu l'exclusivité de votre dernière frasque sexuelle, car vous risquez alors le crime passionnel.  Adepte du chantage émotionnel, sa bienveillance pèse une tonne sur votre petit cœur redevable. Impossible de lui échapper, car la menace de la rupture plane toujours ou pire, le regard de déception rempli de "Après tout ce que j'ai fait pour toi"...

Mais alors, ne serait-il pas temps de rompre et de reprendre votre liberté ? Apres tout, si cette amitié ressemble a un couple monogame fusionnel étouffant sans l'avantage du sexe, franchement, à quoi bon subir davantage ? (Ca c'est fait!)

 

 

 


Celle qui veut faire croire qu'elle est parfaite


Le parfait mari, les parfaits enfants, la parfaite maison (selon elle)...elle a tout et elle vous flanque sa réussite à la figure dès qu'elle le peut. Qui êtes-vous face à elle ? Votre vie insipide n'est pas assez "Wysteria Lane" selon ses goûts et de toute sa hauteur, elle ne comprend pas comment vous ne suivez pas son exemple. Elle a la science infuse de la vie réussie : preuve en est le gros diamant passé à son annulaire et son immaculée conception. Elle vous juge de toute sa splendeur et, selon elle, une vie différente de ses normes est de toute évidence ratée.

Eh ben non, elle ne l'est pas, elle est même beaucoup plus passionnante que le dîner à sept heure pile en semaine et le coup du deuxième samedi du mois après le coucher des enfants, petite pipe facultative, missionnaire, douche et hop au dodo : devoir conjugal parfaitement réglé, quotidien bien carré, maison bien rangée...bref, une vie merveilleusement aseptisée (pour les regards extérieurs).

 

L’éternelle jeunette

 

Cette garce a toujours l’air d’avoir 20 ans ! Il ne s’agit pas que de son physique ! C’est une allure, un regard vif, une présence dans une soirée indispensable dont vous n’avez jamais entendu parler.

« Comment ? Tu n’es jamais allée à la transe organisée chaque année au chassée de Hein-kot-ça ? »

« Ben non, je suis occupée à m’affaler sur mon canapé devant des séries télé ! »

 

Et puis elle aime ces musiques modernes tellement « gé – niales » qui ressemblent à une association de bruits où y’a même pas de paroles sur lesquelles s’égosiller.

 
 « Ce soir y’a le DJ  EX-TRA-OR-DI-NAIRE de Moldavie qui joue un son housse-undergroune dans les carocannes du Domaines Trucmuche. Tu ne peux pas rater ça !!! »

 

« Ben si, je regarde The Voice, affalée sur mon canapé et je vais peut-être même enchaîner avec mon DVD du concert de Claude Barzotti. »

 


- Il y en a tant d'autres, tant de copines à qui on mettrait bien un bonne gifle régulièrement : la pouffiasse complexée toujours au régime malgré son petit 38 et vous renvoyant donc inévitablement à votre 40-44 yo-yo.

 

- Celle qui a trop de kilos en trop et qui vous empêche de vous plaindre de vos kilos en trop!

 

- La "super bien sa peau" qui s'assume, s'aime, n'a aucun conflit relationnelle avec sa mère ou de complexe d'Oedipe, qui respire la joie de vivre, mène une vie équilibrée et saine, ne se pose aucune question existentielle, n'a aucun toc, aucun trauma de l'adolescence et qui ne comprend pas pourquoi vous pleurez parce que vos cheveux sont juste horriiiiibles aujourd'hui !

 

- La cynique « konne-tout » qui a tout vu, tout vécu et qui détruit par sa psychologie de bistrot le peu d'espoir en la race humaine qui vous reste.

 

- L'intello baba cool qui s'agite sans relâche pour de grandes causes humanitaires, son boulot et sa famille alors que vous êtes épuisée par vos ridicules 50 heures de travail.

 

- La working girl qui n’arrête pas de grimper les échelons de l’entreprise et qui vous fait comprendre que son salaire à six chiffres est amplement mérité et que vous n’avez qu’à bouger vos fesses au lieu de vous plaindre le 15 du mois de devoir manger des Mine Appolo pendant encore deux semaines.

 

- La femme au foyer qui s'ennuie tellement qu'elle passe son temps à vivre la vie des autres par procuration et se tape un orgasme à chaque fois qu'elle peut commérer sur les incartades de ses chères amies (pour mieux oublier les siennes).

 

- La reine de la cuisine qui se lamente de son plat "pas très réussi" digne d'un cinq étoiles et qui a la gentillesse de sourire poliment mais sans grand enthousiasme en disant « c'est très bon » lorsqu'elle goûte votre "douri pâteux/lentilles en boîte/poisson salé en sachet déjà émietté".

 

- La pondeuse qui essaie de convaincre les autres qu'elle est une mère parfaite, que ses enfants sont les plus beaux et les plus intelligents (surement surdoués d'ailleurs) et qui vous fatigue en parlant des joies de la maternité, vous rabâche qu'il serait grand temps de mettre un brailleur au monde, que vos ovules seront bientôt tout pourris. Bref, celle qui veut que vous viviez une vie aussi misérable que la sienne et ne supporte pas votre liberté (grasse mat, beuverie, dépenses irraisonnées car pas de frais scolaires, de couches, de pokemons à casquer!)

 

Mais comment se passer d'elles ?

 

Elles nous irritent mais on les aime (pas toutes), on leur pardonne (parfois), mais nous savons que leurs différences nous apportent plus qu'elles ne nous affligent, ne serait-ce que pour les palabres ou se dire qu’il y a pire que nous ! Certaines évidemment ne méritent plus de faire partie de votre friendlist, mais il est impossible de renier un passé commun qui a enrichi votre présent. C'est sûr que les copines de Sex and the City sont certainement plus drôles et qu'on les voit sur commande uniquement (vive les DVD) mais qu'est-ce qu'on s'ennuierait sans ces personnages haut en couleurs dans notre train train quotidien.



18/10/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres