Au Pays de Kaline

Au Pays de Kaline

LES EX ENCOMBRANTS



 

Les Ex Encombrants
 
Ile Maurice : ce petit caillou avec trop d'habitants quand on veut entrer ou sortir de Port-Louis et pas assez de nouveaux visages pour ne pas devenir claustrophobe. On tourne en rond, on se cogne et on tombe trop souvent nez à nez avec des têtes qu'on ne veut plus voir ou que l'on a déjà trop vues.
 
 
 
 
 
 
Mes chères copines, rien d'étonnant que certaines d'entre nous ont parfois l'impression d'être des prisonnières. Tout comme moi, vous savez très bien que vous finirez par vous retrouver en face de ce gros connard d'Ex.
Se séparer n'est déjà pas une chose facile, mais si en plus nous sommes vouées à rencontrer sans cesse nos échecs relationnels, comment réussir à vraiment tourner la page ? Que faire dans un pays si étroit qu'il est impossible d'échapper à son passé ?
 
Les pots de colle

Parlons tout d'abord de ces ex qui n'ont pas compris que vous viviez tellement mieux sans eux : les SMS harceleurs et les e-mails de supplications ne sont souvent que les réflexes de l'orgueil bafoué, du mâle qui a besoin de rassurer son ego castré. C'est tellement dur pour ces stéréotypes du chromosome Y de comprendre que le célibat est plus épanouissant que leur insipide présence.
Car le Mauricien pense souvent être l'objet de toutes les convoitises, surtout quand il croit avoir le statut « bon à marier » (âge moyen, salaire décent, aucun gros handicap). Je ne parlerai pas de son physique, car de toutes évidences notre compatriote à pénis est rarement objectif. En même temps, comment lui en vouloir ? Entre une mère qui lui a répété qu'il était le plus beau et de nombreuses idiotes qui lui ont fait croire qu'il était un canon parce qu'il n'était pas trop moche, Monsieur a pris la grosse tête et Monsieur a perdu toute objectivité. Le fait est que quand t'es pas trop moche à Maurice, ben tu sors du lot et tu accèdes au statut de Gosse beau. Comme le dit mon Papa qui est le plus beau pour de vrai, « Au royaume des aveugles, le borgne est roi. »

Alors que faire quand après avoir ignoré leur pathétique « friend request » sur Facebook ou la sonnerie incessante de votre téléphone, vous tombez sur une tronche mielleuse de reconquérant lors d'une soirée ?
 
Certes, vous pouvez tourner la tête avec mépris devant leurs regards de chien battu, leur dire de s'en aller assez fort pour que la gêne les fasse déguerpir...Oui, c'est vrai qu'il y a plein de solutions. Mais voilà : le mal est fait.  Il vient de gâcher quelques minutes de votre soirée et la vie est bien trop courte pour tolérer cela.
 
Les briseurs de cœurs

Alors pourquoi certaines gâchent-elles encore leur vie à ruminer sur un homme qui les a larguées ? Voyez le bon côté des choses, chères adeptes du masochisme émotionnel : celui-là au moins ne viendra pas vous coller quand vous allez savourer un verre entre amis après une dure semaine de travail. Vous avez de la chance car peut-être fuira-t-il à la vue de votre cœur en lambeau. Vous pourrez ainsi savourer en paix cette bonne bière tant méritée.

Évidemment si la nouvelle pouffe avec qui il s'affiche fait 10 kilos de moins que vous et porte un bonnet D au-dessous d'un visage angélique, votre verre pourrait passer de travers.
Alors, que faire ?

Fuir ? Ce serait lui donner le pouvoir d'anéantir votre vie sociale comme il a piétiné votre cœur.

Alors, inspirez un bon coup, retenez votre respiration, rentrez le ventre et bombez le torse (trop tard pour rembourrer votre soutif de PQ). Si vous le pouvez, dites bonsoir poliment avec le sourire. Mais à votre place j'éviterais : faire cela tout en faisant de l'apnée et en rentrant le ventre est un exercice périlleux.
Il est hélas trop tard pour votre décolleté aussi triste que votre cœur ,mais l'honneur est plus ou moins sauf. Selon moi, l'essentiel est de rester digne même si votre ego a pris un coup et que vos vieux complexes refont surface.

Celles qui pensent pouvoir culpabiliser le briseur de cœur en se flagellant en public avant de se rouler par terre avec des cris de désespoir devraient se poser  ces questions : est-il nécessaire d'afficher sa détresse avec autant de sincérité ? La pitié et les remords d'un homme peuvent-ils vous consoler ? Un ex vaut il la peine que l'on gâche sa soirée et celle de ses amis ? T'as vu ta gueule quand t'as le nez qui coule et les yeux bouffis ?
 
 
Chercher un nouveau QG du weekend
 

Mais voilà, nous sommes à Maurice et il est quasiment impossible de trouver un endroit sympathique, avec de jolies têtes à regarder et toute la sécurité nécessaire pour pouvoir s'amuser en ayant l'assurance de ne pas avoir à supporter la tronche d'un ex. Petite petite petite île. Non seulement il est difficile de trouver un mâle potable mais il faut de surcroît se coltiner nos erreurs de jugement : le mec au rabais qu'on a utilisé un soir à cause d'une presbytie aiguë, d'un manque d'estime de soi ou d'un besoin de se rassurer, de se réchauffer, de batifoler.
Je ne vois qu'une solution : établir une garde partagée des lieux de détente après chaque histoire foireuse. « Un week-end sur deux c'est toi qui iras là où tout le monde y va! » (Oui, à Maurice tout le monde va au même endroit, c'est-à-dire, là où tout le monde a décidé d'aller parce que c'est Ze place to be et que toutes les gamines reine-du bal-de-promo s'y retrouvent avec leurs copines mal-fagotées-complexées qui finiront sûrement bourrées pour se donner le cran de pécho. Y'aura aussi les mêmes vieux cochons piliers du bar qui payent des verres à tout ce qui ne ressemble pas à bobonne restée à la maison pour veiller les enfants.)

Je reste sans solution face à la misère du monde social mauricien et à l'impossibilité de virer tous ces ex de notre champ de vision.
 

Chape dan karay tombe dan difé


Certes, il reste la possibilité de rester chez soi et d'inviter qui on veut. Les petites soirées entre amis à la maison c'est merveilleux mais...c'est pas parce qu'on est célibataire qu'on a le temps de faire la popote dans la cuisine pour nourrir ses goinfres d'amis. En plus, il faut se coltiner le ménage parce que les "autres" n'apprécient pas forcément les poils de chats sur le divan, les cendriers qui débordent et cette saloperie de rat mort depuis une semaine sous le vaisselier.  Et puis question ambiance, le dernier CD que vous avez acheté date de l'époque où vous aviez les moyens d'en acheter, à savoir, avant votre investissement important et régulier dans des crèmes antirides/anticernes/anticellulite.
 
 
 
 
De toute façon, même l'ermite non consentant que vous êtes a le droit de respirer l'air pur du dehors !
De l'air s'il vous plaît ! De nouveaux visages à admirer ! De nouvelles personnalités à découvrir ! Est-ce trop demander ? Faut-il se résoudre à devoir supporter encore et toujours ce premier boutonneux que l'on a embrassé à 15 ans ou le gros porc qui était devenu plus ou moins comestible après la cinquième tequila un soir de déprime ? 
 

Aidez-moi à trouver une solution. Vœux de chasteté ? Immigration ? Vie d'ascète ? Les bonnes adresses et les miracles sont les bienvenus.

 

 


07/09/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres